Les LIMON des deux côtés des Vosges

On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. (Anatole France)
'Lorsque le sage montre la lune, seul le fou regarde le doigt…'

Les Limon en Lorraine
De la principauté de Salm au comté de Dabo

Chronologie

Le premier du nom qui est mentionné est Jehan (Jean) LIMOND en 1564 sur un rool (rôle) de la taille du ban de Salm.
Jusqu'à présent, c'est le plus ancien trouvé.

Entre 1576 et 1624, on retrouve des LIMON établis à Raon-sur-Plaine.
En 1614, Jean LIMON demeurant à la Neufville en Barambas, actuellement Schirmeck, est cité dans un acte comme ayant un lien avec les LIMON de Raon sur Plaine.

Ce sont Pierre dit le Kieffer et Jacques, les deux frères, qui font souche dans la vallée de la Bruche probablement entre 1634 et 1644 au-moins pour Pierre par son mariage avec Catherine MARCHAL.
Celle-ci est issue d'une famille de maîtres marteleurs aux forges de Grandfontaine. Son grand-père Hantzo est cité comme renardier à la forge de Framont en 1631, son frère Christophe est maître martelleur aux forges de Rode qui deviendra Rothau.
Les MARCHAL sont aussi cités dès 1564 à Celles-sur-Plaine. Plusieurs générations ont eu des fonctions aux forges de Granfontaine, Framont et surtout Rothau (avant 1724).

Ces familles demeurent en terre de Salm.

Avant 1680, Pierre le Jeune fils ainé de Pierre dit le Kieffer, vient s'installer à Abreschviller dans le Comté de Dabo où il fait souche. Peu de temps après, il est suivi par Jean, son frère, marié avec Catherine MARCHAL sa cousine.
Jacques, le troisième fils de Pierre le Kieffer reste aux environs de La Broque.

En 1682, c'est Thomas qui se marie à Abreschviller. Thomas LIMON est probablement un cousin de Pierre dit le Jeune et non pas son frère. Il quitte Abreschviller entre 1693 et 1696 pour s'établir à Landange.
Ses deux autres frères, Jean et Vincent, sont restés autour de Schirmeck.
Thomas est rejoint par Jean LIMON, qui est sans doute son neveu car celui-ci est le fils de Jean et de Barbe KRELLE restés à Vipucelle.

Les voilà quatre à faire souche sur l'autre versant des Vosges.

Généalogie

Le plus ancien LIMON vers lequel on peut remonter avec certitude dans nos arbres généalogiques est Limon (est-ce son prénom ?) ARNOUL (semble-t-il car le nom qui figure sur l'acte est surchargé).
Le 10 octobre 1576, il est cité déjà décédé. Comme il a des enfants déjà mariés à cette date, on peut raisonnablement penser qu'Arnoul a pu naître avant 1540.

  

Remarques : la fratrie Jacques et Pierre est attestée par plusieurs actes notariés. Ils ont pour mère Catherine.
*Mais il reste à vérifier que c'est bien cette Catherine qui est mariée avec Jean établi à Schirmeck en 1614 (qualifié de jeune fils) et fils attesté de Colas LIMON et de Jehennon. C'est le seul "chainon" faible ou manquant de cette généalogie.
Dans un courrier adressé à Paul SIAT en 1995, Georges MARANDE signale un acte de 1631 où Catherine est citée veuve de Jean LIMON (notes laissées au cercle généalogique de Saint-Dié). Par ailleurs, dans ces mêmes notes, il se trouve la photocopie d'un acte ("collationné") de juillet 1630 citant un Jean LIMON (ou LAIMON? car il existe une famille du nom de LAIMON, vu par ailleurs) homme veuf... Voir aussi les compte de gruerie du comté de Salm (étude en cours) sur la page chronologie des actes).
**Barbe LIMON: filiation supposée par M. Frientz ou G. Marande

Les familles alliées des Limon

Dans les Vosges : Marchal, Ferry, Holveck, Cathillon, Krelle (Keller), Juliot (Juillot, Gilliot), Jerome, Paradis (Deparadis), Demmonet (Demonay), Chrétien, Verlet (Verlin, Werling), Schuller, Brunier, Charlier, Ottinger, Frerin, Moitrier, Loup, Siat, Silet, Kilger, Bernard (Bernardt), Valentin, Wick, Gad, Schenal et bien d'autres.

A Abreschviller, Saint-Quirin, Voyer et alentour : Abba, Bournique, Gley, Faltot, Laval, Delaval, Schmid, Ancette (Antzé, Ancet), Charton, Duchateau, Restignat, Ristrophe (Ristroff, Ristroph), Reimel, Verniory, Didat, Bechler, Dalenconte, Hilaire, Parmentier, Chirurgien, Auer, Delacote, Saunier, Man, Homan (Haumant, Hauman), Niquel, Cando, Deletang, Haton, Guillozé (Guilloset), Reppel, Marcel, Cange, Ballet, Loutz, Bour, Richard, Poirot, Bertrand, Bourra, Sausse, Georgel, Riss, Schott, Didier, Muller, Dognon, Rigot et d'autres...
A Landange, Hertzing et alentour : Masson, Geoffroy, Michel, Chimidelin (Schmidling), Boiteux, Jeanté (Jeanthe), Buttant, Leuret, Liebaut, Rollin, Merciot, Lutting, Bena (Benad), Pierrel et d'autres.

Les métiers exercés

Dès le 16ème siècle, les LIMON sont maîtres forgerons, laboureurs, maires de leur village, qualifiés de bourgeois un peu plus tard, voilà une constante que l'on retrouve sur près de 400 ans.
Au 18ème siècle, on trouve aussi quelques verriers, brasseurs. Ils sont quasi tous propriétaires de leur outil de travail (par exemple co-propriétaire des trois scieries à Abreschviller), au-moins jusqu'en 1740. Date où apparaissent des tisserands dans une branche des descendants de Thomas LIMON.

MAJ 26/09/2014. A suivre...

 

Site mis en ligne fin janvier 2014
Copyright Limon-généalogie © 2015
Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS